romain-dumas

Après sa victoire en 2010, Romain Dumas réédite l’exploit des 24 heures, avec sa marque de cœur : Porsche. Son rêve se réalise, il en réalisera sans doute d’autres ! Et pourquoi pas un record à Pikes Peak le 26 juin ?

La Porsche de Romain en Pole Position

Le week-end commençait bien pour la Porsche numéro 2, Romain restait réaliste : « On ne va pas faire la fine bouche, c’est toujours sympa d’être en pole aux 24 Heures du Mans et cool de voir nos deux 919 Hybrid sur la première ligne, même si ce n’était pas la qualification que nous imaginions compte tenu de la météo. C’est bien aussi de prendre un point pour le Championnat du Monde d’Endurance. On sait qu’au Mans, la course c’est toujours une histoire différente. Ce sera long, difficile, il y aura surement des imprévus… mais on essaye de s’y préparer au mieux. Le team a fait du bon boulot et on peut compter sur un gros soutien des fans »

Et si l’équipage composé de Romain Dumas, Marc Lieb et Neel Jani partait avec un léger avantage, c’était sans compter sur une météo capricieuse et la ténacité de l’équipe Toyota.

Neutralisation et surprises : La magie des 24 Heures du Mans

Avec un départ donné sous Safety Car par Brad Pitt, 50 minutes de neutralisation sous des trombes d’eau, ces 24 Heures mouture 2016 s’annonçaient particulièrement difficiles. Si l’équipage de la Porsche numéro 2 se maintenait à proximité des Toyota, ce ne sera pas le cas pour l’autre Porsche, victime d’ennuis mécaniques. Devant, c’est la Toyota du gardois Stéphane Sarrazin qui mène la danse. Les écarts sont serrés jusqu’à une nouvelle neutralisation qui durera 20 minutes pour s’achever à 23h50. La Toyota numéro 6 est toujours en tête et Stéphane Sarrazin passe le relais.

Un final inattendu et la victoire de la Porsche numéro 2

A 4 heures de l’arrivée, Kamui Kobayashi effectue une sortie de piste alors qu’il était en tête sur la Toyota n°6. L’équipage de Stéphane Sarrazin perd ainsi toute chance de victoire. Mais à quelques minutes de l’arrivée, c’est le coup de théâtre. Alors que la Toyota n°5 est en tête, conservant près d’une minute d’avance sur la Porsche 919 Hybrid, elle ralenti dans la voie des stands. La cause de cette panne serait vraisemblablement due à la casse d’une durite en carbone placée entre le turbo et l’échangeur. La loi des 24 Heures du Mans est dure, tant pour les hommes que pour les mécaniques. La ténacité de toute l’équipe Porsche a payé. Dans le stand Porsche, c’est un mélange d’étonnement et d’explosion de joie. Chez Toyota, c’est la tristesse, la déception. Les deux équipes ont mené une bagarre incroyable et se sont données sans jamais abandonner. Porsche s’offre ainsi une 18e victoire aux 24 Heures du Mans. Toyota court toujours après la première, une consécration que nous ne pouvons que leur souhaiter prochainement.

Avec cette victoire, Romain Dumas réalise son rêve de gagner les 24 Heures du Mans avec Porsche. Son prochain défi, Pikes Peak avec sa toute nouvelle Norma.